Nous existons sans être vus, nous n’avons pas de couleur et pourtant nous sommes là. Entrez chez les Dollars, vivez le manga Durarara, marquez ce forum de votre empreinte…
 

Partagez | .
 

 Le Chat ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Chat

avatar


Messages : 73
Date d'inscription : 02/08/2011

Rang personnel : Passe-partout de Fort Boyard

Feuille de personnage

MessageSujet: Le Chat ~   Lun 22 Aoû - 21:36

    _ Le Chat Noir _
    The black cat brings good luck


      _ Identité


    Nom : -
    Prénom : -
    Surnoms : Le chat, Le chat noir, Neko, The Cat, Kitty, Toi… Un jour quelqu’un l’a appelé “Cheshire” par plaisanterie, et depuis il s’agit du seul nom propre qu’il ne rejette pas d’office. Toute autre appellation le fait immédiatement tourner les coussinets et disparaître.
    Age & Date de naissance : L’âge exact du chat est inconnu. A Ikebukuro circule la rumeur qu’il serait immortel…
    Sexe : On soupçonne qu’il s’agisse d’un mâle, mais ce n’est pas prouvé. Demandez-lui.
    Nationalité & Origines : Chat de gouttière.

    Emploi : Voleur de poisson à mi-temps.
    Activités : Quémander des caresses, des sushis, observer les habitants d’Ikebukuro, se promener, manger, dormir.
    Camp officiel : Le sien.
    Classe : Autre
    Pseudo sur le Chat : -

    Famille : Le chat ne connait plus sa famille. Le chat vit seul.
    Relations : Le chat se frotte contre les gens qui le nourrissent et ceux qui le caressent ; il crache sur ceux qui lui lancent des injures et des coups de pieds. Le chat n’aime ni ne déteste la race humaine, car elle n’est ni bonne ni mauvaise, seule les individus le sont. Le chat aime les « bons » et évite les « mauvais ».
    Le chat aime particulièrement ronronner aux pieds de ceux-qui-sentent-le-poisson, et il évite ceux-qui-sentent-le-chien ; il apprécie les caresses de celle-aux-yeux-gris mais elle a une odeur canine désagréable. Il fuit l’homme-qui-sent-la-fumée quand il s’énerve mais vient se frotter contre lui lorsqu’il est calme – et obtient alors parfois du lait. Il ronronne aussi quand l’homme-à-la-fourrure-blanche lui grattouille la tête, et l’écoute régulièrement parler, parler, parler pendant longtemps ; l’homme en noir parle trop, mais l’écouter n’est pas fatiguant, alors le chat l’écoute. Le chat aime bien le groupe-du-monstre-métallique, mais s’enfuit lorsque la fille-qui-parle-fort et son ami-aux-yeux-plissés commencent à lui tirer les moustaches.
    Au cœur de la vallée-des-immeubles, le chat fuit devant l’ombre-rouge-au-sabre car il n’aime pas ce que charrie son odeur ; mais il aime à se frotter contre les jambes de celle-qui-sent-l’ombre et son cheval-de-fer.
    Le chat aime Ikebukuro.




      _ Histoire


    Le chat est né ici, à Ikebukuro, dans la vallée-des-immeubles. Où exactement, il ne s’en souvient pas, mais c’était quelque part dans la rue, et pas dans la douce chaleur d’un foyer. Le chat a toujours vécu dehors, sous le vent, la pluie, le soleil et tout ce que la rue a à offrir que la captivité ne peut apporter. Le chat n’a jamais eu de maître, quel qu’il soit. Il a grandi entre les poubelles des restaurants et les vendeurs de sushis qui lui donnaient leurs restes. Sa vie ne différait aucunement des autres chats errants du quartier, avec les journées d’errance, la solitude, les siestes au soleil, les fuites devant les hommes et les chiens, les nuits pluvieuses où il faut trouver un abri…
    Et puis un jour, le chat a changé. Il ne se souvient plus ni comment, ni pourquoi mais, et lui seul le sait avec certitude, quelque chose s’est mis à différer chez lui des autres félins. Le chat a commencé à voir le monde qui l’entourait autrement. Il a commencé à observer les humains et à les comprendre, à les voir de manière différente que la façon habituelle qu’ont les animaux de les considérer. Et puis il s’est mis à les suivre, à les observer, à appréhender leurs allées et venues. Et il a commencé à comprendre. A comprendre ce qu’était Ikebukuro et ce qui s’y produisait, chaque jour, à comprendre que ce qui arrivait dans la vallée-aux-immeubles était à la fois différent, exceptionnel et passionnant. Alors le chat a décidé d’observer les hommes et leurs histoires de loin en y intervenant peu.
    Et depuis courent quelques histoires sur le chat noir d’Ikebukuro, des légendes parmi tant d’autres dans le quartier ; fantôme apportant les présages de mort aux vivants ou maître du destin déguisé en félin, les plus folles idées prenant comme toujours source dans une réalité en kaléidoscope.

      _ Description Physique


    Le chat n’a pas d’âge ; il semble ne jamais changer de stature depuis que sa taille adulte a été atteinte. De taille moyenne, il est de constitution robuste mais reste plutôt maigrichon, endurci par la vie dans la rue. Il peut manger n’importe quoi sans tomber malade, mais ne grossira pas pour autant. Cependant, contrairement à beaucoup de bêtes galeuses qui errent dans les rues, et curieusement, le chat ne présente aucune trace de parasites ou d’une quelconque maladie : son poil complètement noir est lustré comme peut l’être celui d’un chat brossé tout les jours, et d’une surprenante douceur – il faut dire qu’il prend grand soin de sa toilette, le matou. Semblable à une petite ombre, il traverse les rues en quelques bonds souples et légers, ou d’un pas trottinant : il faut dire qu’il est remarquablement agile et se glisse partout ou sa petite taille le lui permet ; sa légèreté lui permet d’accomplir de grands sauts, utiles pour grimper sur des murs hors d’atteinte de poursuivants, ou échapper d’un bond aux crocs d’un chien errant. Le chat possède aussi des griffes utiles pour dissuader les opposants de sa taille, jaillissant de ses coussinets gris pour entailler le museau de l’adversaire, souvent accompagnées d’un feulement faisant briller des crocs blancs dans sa fourrure sombre.
    Les yeux du chats sont deux larges fentes jaunes dans son pelage d’encre, barrées par une pupille verticale ; et tous ceux qui colportent les rumeurs s’entendent là-dessus : le chat n’a pas un regard d’animal comme les autres. Le regard du chat est profond, d’une intensité particulière. Il met mal à l’aise ou amène à demander : « Qu’est-ce que tu veux me dire ? » ; « Que veux-tu que je fasse ? » ; « Qu’est-ce que tu as ? ».
    « Ah, mais je suis bête, je parle à un chat. »
    Car le chat n’est qu’un chat, n’est-ce pas ?

      _ Description Mentale


    Le chat a une manière de penser un peu différente des autres félins. Malgré tout, il reste un animal : ce qui ne signifie pas qu’il est stupide, mais simplement qu’il ne s’encombre pas l’esprit de raisonnements compliqués comme le font les humains. Le chat est donc intéressé par les agissements des habitants d’Ikebukuro, au point de faire de leur observation son passe-temps favoris entre deux siestes. Il est également au courant de tout ce qui se passe dans la vallée-des-immeubles et comprend le sens des choses au point de pouvoir prédire, parfois, ce qui va arriver.
    Il n’y a pas grand-chose à dire sur la mentalité du chat : il aime ceux qui sont agréables avec lui et n’aime pas ceux qui ne le sont pas ; il est cependant conscient que le monde ne se divise pas seulement entre les gentils et les méchants, et que chez les humains, on est généralement à la fois l’un et l’autre. Il trouve les hommes ridiculement compliqués et s’étonne de leur incapacité à formuler ce qu’ils pensent et à le dire avec franchise. Il lui arrive même, dans cette optique – et lorsqu’il s’ennuie – de pousser l’un vers l’autre deux amoureux – à sa manière. Le chat comprend vaguement l’amour humain comme une affection particulière, mais lui ne fait pas de distinction entre les différentes manières d’aimer. Le chat voit le monde d’une façon très simple, et se rend compte que les humains le voient bien trop compliqué, ce qu’il trouve stupide. Le chat est un tourbillon d’idées compliquées fondues les une dans les autres pour former une réalité très simpliste.
    Le chat aime les caresses, le poisson, la crème et les siestes. Il aime que les gens s’intéressent à lui, et est un peu paresseux. Les gens peu francs lui titillent les moustaches et souvent il leur miaule dessus pour leur reprocher leur bêtise.




      _ Divers


    Aime/Passions : Le poisson et la crème. Faire la sieste au soleil. Les caresses derrières les oreilles et sous le menton.
    N'aime pas/Peurs/Phobies : La viande crue et la morue. N’aime pas les chiens, mais aimes les embêter. N’aime pas trop les mensonges. A peur des monstres de métal.

    Capacités : Le chat présente peu de différences avec les autres chats, outre son intelligence peu commune. Il semble ne pas vieillir ; il est capable de pressentir les évènements dans une moindre mesure, et ses regards très expressifs font parfois comprendre aux humains ce qu’il souhaite. Il tombe très rarement malade, mais n’est pas plus protégé des blessures et de la mort qu’un félin ordinaire. Il présente néanmoins une aptitude remarquable à traverser les rues en évitant les voitures et connait Ikebukuro comme sa poche… ou plutôt comme ses coussinets.

    Journées : Le soleil se lève. Le chat se réveille. Un jour il a dormi sous des cartons abandonnés, un jour à l’abri de quelques poubelles, en haut d’un muret, ou encore chez un habitant qui l’a accueilli pour la nuit. Le chat passe journées et nuits entre siestes et déambulations. Le soleil est levé, le chat se promène. Il suit les humains qu’il connait, il agit au hasard de ses rencontres. Puis le chat a faim : il va miauler aux portes des commerçants. Parfois on lui donne un poisson, parfois on le chasse : le chat doit alors gagner sa pitance ; il la chaparde donc à l’aide de procédés souvent ingénieux pour l'animal qu'il est.
    Le chat traîne dans les rues. Soudain il entend un grand cri, suivi d’un assourdissant fracas : le chat se cache dans un coin en voyant passer l’homme-à-la-fourrure-blanche, suivi de l’homme-à-l’odeur-de-fumée, qui courent tous deux l’un après l’autre comme le feraient chat et chien. Le félin ira ronronner contre les mollets de l’un ou l’autre après, peut-être.
    Le chat voit passer un monstre-métallique. C’est celui des quatre. Mais le chat se cache, parce qu’il n’a pas envie qu’on vienne lui tirer les oreilles aujourd’hui.
    Le chat a été surpris par un chien pendant une de ses siestes : il court dans les rues pour échapper au molosse. Mais l’animal est rattrapé par un bipède portant du violet : le chat est sauf.
    En fin d’après-midi, le chat voit passer celle-aux-yeux-gris en chantonnant, mais elle est accompagné des deux chiens-aux-longs-crocs, alors le chat évite son chemin.
    Le chat a faim et la nuit est tombée : il se rend en trottinant devant le sushi russe et se frotte en ronronnant contre les jambes du géant-qui-sent-le-poisson. L’homme se penche sur lui en souriant, et le chat a droit à sa ration du soir. Dans une ruelle sombre, le chat dévore son butin ; il est repu et satisfait. Soudain, le chat voit passer l’homme-à-la-fourrure-blanche : il sent le poisson, lui aussi. Le chat saute sur ses pieds et le rejoint en ronronnant et remuant la queue ; l’homme en noir se retourne et caresse la tête du chat : très naturellement, le chat lui emboîte le pas.
    Ce n’est qu’un chat, oui, mais tu sais quoi ? Il dormira sur ton canapé ce soir ~

    But : Aucun.
    Autre : Miaw ?
Revenir en haut Aller en bas
 

Le Chat ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

DOLLARS :: RP :: [Paperasse] :: Fiches-personnage :: Présentations validées+